Psychologue comportementaliste : qu’est ce que c’est ?

Le psychologue comportementaliste est assez peu connu du grand public, pourtant ce métier existe bel et bien et peut aider de plusieurs manières. Que faut-il savoir de ce métier ? Qu’est-ce que c’est ? Lisez plutôt.

Qu’est-ce que la psychologie comportementaliste ?

Dans « psychologie comportementaliste », on distingue deux termes qui ont leur importance soit « psychologie » et « comportementaliste ».

Comme on peut le déduire ce métier est en lien avec le comportement de l’individu. Il permet de régler des problèmes d’anxiété, de phobie et tout autre problème psychologique synonyme de stress.

La psychologie comportementale est la prise de conscience d’un comportement néfaste pour un patient dans le but de changer et adopter une attitude plus juste. La psychologie comportementale estime que les symptômes de stress sont issus de problème de comportement.

C’est pour cela que le psychologue comportementaliste intervient pour la recherche des origines du trouble afin d’effectuer un travail de fond et proposer une solution adaptée au patient.

Dans la psychologie comportementaliste, le praticien est plus directif que dans les autres formes de psychologie et il est important qu‘il puisse compter sur l’implication totale du patient, il n’est donc pas rare qu’il lui propose des exercices à réaliser à la maison afin de s’assurer de son implication.

Quelles est l’origine de la psychologie comportementaliste ?

La psychologie comportementaliste prend naissance au début du 20ème siècle. Dans un premier temps, ce mouvement fut testé sur des animaux et particulièrement sur les chiens.

Le test était basé sur la capacité de l’animal à pouvoir associer un son de cloche à la nourriture. Ce test fut particulièrement probant puisque les chiens testés salivaient au simple son de la cloche. C’est en 1924 que les premières thérapies comportementales sont mises au point par Mary Cover Jones, qui les a utilisées pour aider certains enfants à faire face à leurs phobies.

Mais c’est surtout entre 1950 et 1960 que les plus grandes avancées en matière de psychologie comportementaliste prennent place grâce au travail de Albert Ellis. En effet, il mettra en avant que les problèmes des patients puissent être liés au comportement des personnes depuis l’enfance.

C’est surtout depuis le début des années 1980 que la psychologie comportementaliste se répand que ce soit en Europe ou aux États-Unis de manière importante.

Qui est concerné par la psychologie comportementaliste ?

On constate que la psychologie comportementaliste peut être utilisée sur les enfants, les adolescents et les adultes sans que cela ne pose de problème.

Son efficacité est spécialement reconnue pour les personnes atteintes des troubles suivants :

  • Troubles ou problèmes de sommeil
  • Problèmes alimentaires (boulimie, anorexie, etc.)
  • Les TOC soit les troubles obsessionnel du comportement
  • Les diverses addictions, drogues, alcool, cigarettes, etc.
  • L’anxiété et les troubles qui s’y rattachent
  • Les différents stress post-traumatiques
  • Les divers troubles liés à l’environnement et à la société
  • Les phobies sociales
  • La dépression

On peut aussi dire qu’au niveau des enfants on constate des résultats particulièrement impressionnants dans les cas d’énurésie mais aussi dans le cadre des divers troubles scolaires qu’ils  peuvent rencontrer. On constate aussi un excellent retour pour les enfants qui sont sujets à l’hyperactivité.

Chez les patients, les résultats sont assez rapides peu importe la situation.

Y-a-t-il des personnes qui ne doivent pas suivre la psychologie comportementaliste ?

Il n’y a pas à proprement parler de réelles contre-indications à faire appel à la psychologie comportementaliste. Cependant, on constate que ce type de thérapie peut effectivement être moins performante sur certaines personnes.

Les personnes qui ne prennent pas vraiment leur thérapie au sérieux et qui attendent plutôt que le professionnel soit celui qui trouve les solutions n’auront effectivement pas vraiment de chances qu’une telle thérapie qui se base sur eux et leur comportement aboutisse.

Les personnes qui prennent un traitement devront de toute façon continuer à suivre leur médication, la thérapie comportementale n’étant qu’une aide supplémentaire pour arriver sur les voies de la guérison.

Et enfin les personnes qui ne sont pas spécialement intéressées par ce type de thérapie. Rappelons que chaque personne qui suit une thérapie doit se sentir bien avec le professionnel et avec la méthode.

Qui pratique la psychologie comportementaliste ? 

Il est important de signaler que pour entreprendre de suivre une psychologie comportementaliste, il est important de s’assurer que vous avez en face de vous soit un psychiatre soit un psychologue qui soit formé au comportementaliste.

En effet, il a été constaté ces dernières années que certaines personnes usurpaient le terme de comportementaliste. Pour rappel, un psychiatre est un médecin qui justifie d’un minimum de 10 ans d’études est qui, en plus d’un tronc commun sur la médecine, se spécialise dans la psychiatrie.

Un psychologue est une personne qui a effectué 5 ans d’études en psychologie et qui est détentrice d’un master.

Il est donc important de se renseigner avant de choisir son praticien.

Comment se déroule une consultation de psychologie comportementaliste ?

Il existe plusieurs types de thérapies dans la psychologie comportementaliste, on peut citer par exemple les thérapies cognitives, les thérapies minfulness, etc.

En règle générale, on considère qu’une thérapie comportementale est plus rapide qu’une psychanalyse. En effet, il est constaté qu’il faut environ une trentaine de séances là où il aurait fallu plusieurs années de psychanalyse. Bien entendu, la durée varie selon le trouble.

Dans un premier temps, il faut compter 3 à 5 séances de départ, ces séances servent à mettre en place la meilleure stratégie possible afin de comprendre et d’aider le patient. Ces séances sont principalement basées sur une auto évaluation du patient et c’est à ce moment que le patient note quels sont ses objectifs et ce qu’il souhaite comme résultats.

Puis vient la phase du traitement à proprement parler, on mise sur environ une vingtaine de séances, le nombre varie selon le trouble mais aussi les progrès effectués par le patient. Ces séances se déroulent de manière hebdomadaire et sont structurées selon les premières séances effectuées. Normalement, tout est planifié en amont.

Viennent au final environ 3 séances de post traitement. Ces séances sont un suivi du traitement et permettent de savoir si le patient a su garder ses objectifs et si tout se passe bien.

Les séances post traitement sont particulièrement importantes pour le patient car il se sent soutenu et s’assure de bien avoir résolu son problème.

Combien de temps dure une thérapie et quel est le coût d’une séance ?

Les séances, selon le praticien et le trouble, durent entre 45 minutes et 60 minutes. La fourchette de prix est assez large puisque selon le professionnel choisi vous pouvez avoir à payer entre 30 et 140 euros. Cependant, on constate que le prix le plus fréquent tourne autour de 50 euros.

La sécurité sociale peut prendre en charge le traitement si vous passez par un psychiatre puisqu’il est médecin. Certaines mutuelles peuvent quant à elles prendre en charge une partie du coût des thérapies chez un psychologue sous certaines conditions.

Il est donc important de se rapprocher de votre mutuelle pour savoir ce qu’il en retourne.

Quel type d’exercice peut-on trouver dans une thérapie comportementale ?

Plusieurs armes sont à disposition du professionnel pour aider son patient à aller mieux sur un délai finalement assez court.

La désensibilisation systématique de Wolpe : Cette méthode s’appuie sur le fait de détendre le patient et de petit à petit le confronter à des stimulis de plus en plus anxiogène. Il faut donc que le patient soit calme et serein pour qu’on le mette face à ses peurs de la moins importante à la plus stressante. Cette approche nécessite plusieurs séances qui amèneront le sujet à appréhender ses peurs avec un sentiment de détente.

Les jeux de rôle : principalement utilisée dans le cadre du développement personnel, cette technique implique une forte communication entre patient et professionnel. En effet, le patient garde son rôle et le professionnel, lui, lui donne la réplique. Il s’agit de faire comprendre au patient sa façon d’agir et de communiquer face à une situation x.

Le biofeedback : le biofeedback permet de calmer les troubles liés généralement au stress tout en s’occupant aussi de son corps. En fait, cette méthode signifie que corps et esprit sont liés et que l’un ne va pas sans l’autre. Il s’agit d’une méthode douce et naturelle pour aider le patient.

Bien entendu, il existe d’autres exercices tels que la restructuration cognitive, le modeling ou encore l’exposition avec prévention de la réponse. Les exercices de la psychologie comportementaliste sont particulièrement riches et variés voilà pourquoi il est important de mettre un plan en place avec le professionnel qui vous suit.

Pour toute information sur les formations de psychologie comportementaliste et ses diverses possibilités, vous pouvez vous rendre sur le site de gestalt formation afin d’être orienté et d’en savoir plus.

Showing 2 comments
    pingbacks / trackbacks

    Leave a Comment

    Contactez-nous

    Bonjour, vous avez besoin d'information concernant nos programmes, nos formations, ou toutes autres demandes d'informations, alors écrivez-nous et nous reviendrons vers vous, dès que possible.

    Wébinaire Exclusif

    Comment devenir un bon thérapeute

    avec Arnaud Sébal

    Directeur de l'Ecole Humaniste de Gestlat
    close-link