Le lien d’attachement avec votre mère peut-il influencer qui vous êtes ?

Le lien d'attachement avec la mère, à l’origine de nos relations ?

Les relations prennent beaucoup de place dans notre vie.

Elles peuvent être formidables comme tout aussi destructrices.

Qu’est-ce qui fait que parfois cela devient compliqué ?

J’entends souvent en thérapie des gens me rapporter qu’ils ne savent pas comment gérer leurs relations familiales au point de s’en couper pour leur propre survie. 

Les relations avec leur père, leurs frères et sœurs sont pour eux compliquées. 

Mais c’est souvent autour de la mère que les relations sont les plus difficiles. 

Et si je vous disais que le lien d’attachement que vous avez eu avec votre mère dès votre plus jeune enfance peut influencer vos relations en règle générale ?

Dans cet article, je vous explique l’importance du premier lien entre un enfant et sa mère et les conséquences positives et négatives qu’il en découle à l’âge adulte. 

Vous allez découvrir comment votre mère a une grande part de responsabilité dans votre développement. 

Vous allez comprendre en quoi elle a beaucoup d’influence sur la personne que vous devenez à l’aube de l’âge adulte et bien au-delà. 

Pour autant, votre mère n’est pas non plus responsable à 100 % de qui vous êtes. 

Il existe d’autres facteurs qui vont façonner votre personne. 

Je vous explique tout cela très clairement dans les prochaines lignes. 

C’est quoi l’attachement et pourquoi est-il si important pour un bébé ?

Quand un enfant vient au monde, la première personne qu’il va chercher est sa mère. 

La mère va avoir ce rôle sécurisant pour le bébé, c’est un peu comme si elle avait des super-pouvoirs : elle peut le nourrir, l’apaiser, le rassurer.

C’est dans cette rencontre que l’enjeu d’attachement va se créer.

L’attachement est un besoin vital pour un bébé, ce n’est pas un besoin secondaire. 

Pour qu’un enfant puisse survivre, il doit avoir un attachement à sa mère ou à une figure maternelle dès les premiers instants de sa vie. 

L’enfant ne va pas pouvoir se développer normalement s’il n’a pas cette figure maternelle autour de lui.

Cette importance du premier lien va l’aider ou le desservir plus tard dans sa vie d’adolescent et d’adulte. 

Bien comprendre la sécurité de base affective : la clé de l’autonomie ?

Quand un bébé naît, il baigne dans une dépendance totale.

En effet, il ne peut pas subvenir par lui-même à ses propres besoins.

Il ne peut rien faire seul sans avoir besoin d’aide.

Il a besoin de sentir qu’il peut s’attacher à sa mère pour construire sa propre sécurité de base affective. 

C’est nécessaire pour un enfant de se rattacher à une personne en qui il va avoir confiance.

C’est grâce à cet attachement qu’il va pouvoir s’apaiser et grandir.

L’enfant a besoin de comprendre que sa mère est là pour lui et que si elle doit s’absenter, elle va revenir.

Cet attachement dure en général de 0 à 3 ans.  

Une fois que le lien est bien métabolisé, l’enfant va pouvoir aller vers plus d’autonomie. 

En revanche, quand ce n’est pas le cas, cela va se traduire plus tard par une mauvaise relation à soi et aux autres.

Ces 2 problèmes qui sont liés à l’attachement et qui parfois nous envahissent jusque dans l’âge adulte

Le manque de sécurité intérieure

L’attachement permet de donner une sécurité pour aller vers les autres.

Quand un enfant ne se sent pas sécurisé par sa mère, il va régulièrement demander aux autres de le sécuriser et cela aussi à l’âge adulte. 

Pour se sentir pleinement épanoui (e) dans une carrière professionnelle sécurisante, ou pour tenter l’aventure de l’entreprenariat, une personne a besoin d’avoir une sécurité de base bien établie.

La contre-dépendance aux autres

L’adulte est capable de s’occuper de ses besoins, de les prendre en charge.

Mais quand il y a eu des troubles au niveau de l’attachement, la personne ressent au niveau émotionnel et dans l’attachement quelque chose d’insupportable. 

Pour elle, l’attachement est un manque de liberté.

Cela peut être au point de ne pouvoir réserver un billet de train à l’avance par peur de se sentir attaché à quelque chose. 

Cette personne n’est en fait pas dans un manque de liberté, mais dans la contre dépendance. 

Il y a beaucoup de confusion sur le sujet. 

Si on regarde bien, nous sommes tous dépendants de quelque chose : de la nourriture, des habits, de l’électricité, des voitures etc…

Nous vivons dans une société où nous avons tous besoin les uns des autres. 

La vraie liberté est en fait de choisir ses dépendances, c’est ce qu’on appelle l’interdépendance en Gestalt

Si l’enjeu d’attachement est mal métabolisé, la personne va avoir du mal à être dans l’interdépendance.

A l’inverse, quand la personne accepte d’être dans l’interdépendance, elle va arriver plus facilement à faire des choix, seule, en étant tranquille, détachée de l’autre. 

Elle accepte également le réconfort de l’autre quand elle en a besoin. 

Et si votre personnalité ne venait pas que de votre mère ?

Le tempérament inné du bébé 

Quand le bébé naît, on pense qu’il est vierge de tout. 

En fait, le bébé va naître avec un tempérament qui est inné, ce que l’on appelle en Gestalt le bios

Le bios est quelque chose de génétique, présent dans la constitution de l’enfant. 

Il va impacter le comportement de l’enfant.

Chez les faux jumeaux, par exemple, on constate qu’il va y avoir des différences à ce niveau là. 

Voici deux notions très importantes que je vous invite à noter et qui font partie du bios : 

La sensibilité à la douleur

La sensibilité à la récompense

Un enfant qui est sensible à la douleur va prendre moins de risques dans sa vie. 

Il aura sans doute du mal à s’engager dans l’armée plus tard. 

Au contraire, un enfant qui a une faible sensibilité à la douleur va avoir tendance à être fonceur.

Le saut en parachute fera peut-être partie de ses sports préférés 🙂

Enfin, si un enfant a une faible sensibilité à la récompense, il sera plus dur à recadrer et moins sensible aux punitions. 

Le caractère de l’enfant 

Le caractère représente tout ce qui va être acquis dans le prisme de vos relations de l’enfance à l’âge adulte. 

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le caractère n’est pas inné. 

Ce qui va influencer dans le développement du caractère sont les relations de l’enfant avec les parents, les frères et les sœurs et la place de l’enfant dans la famille. 

Un aîné va se forger un caractère très différent de celui qu’il pourrait avoir en étant le cadet de la famille.

La personnalité 

La personnalité est l’ensemble du tempérament et du caractère de l’enfant. 

Elle va se développer au sein des relations que l’enfant va avoir dans sa vie. 

En thérapie, on va s’occuper de la personnalité de l’enfant, c’est à dire de son tempérament inné et du caractère qu’il a forgé de par ses différentes relations au fil du temps. 

Si on ne s’occupait que du caractère, cela voudrait dire que l’enjeu d’attachement dépend uniquement de la maman. 

Et bien je vais rassurer ici beaucoup de mamans : 

En fait non. 

Comme vous l’avez compris,  le tempérament inné joue ici toute son importance.

La mère n’est pas responsable de tout. 

Beaucoup de choses dépendent de la mère, mais celle-ci va aussi rencontrer le tempérament de son bébé.

Ce qui va créer une co-création dans la relation avec des accords et des désaccords. 

Il s’agit là d’une rencontre “organisme et environnement”. 

Quelles sont alors les causes de nos problèmes d’insécurité dans nos relations ?

Ces 5 freins qui ont pu affecter votre développement

En Gestalt, nous appelons ces freins des facteurs de risque.

C’est potentiellement une mauvaise chose, mais pas nécessairement. 

Je vais vous en citer 5 :

L’héritage psychologique de votre famille

Si votre mère a des difficultés relationnelles avec sa propre mère, elle aura tendance à avoir une relation compliquée avec ses enfants. 

Cette relation peut avoir des conséquences sur son rôle de mère. 

Mais il se peut qu’elle ne veuille pas reproduire ce qu’elle a vécu.  

Dans ce cas, il y a de grandes chances qu’elle devienne une meilleure maman avec vous et que cela vous impacte peu. 

Cependant, on parle de risque ici parce que certaines choses viennent toujours se loger dans l’inconscient et peuvent ressortir à un moment donné. 

Une séparation brutale avec la mère

Tout ce qui amène une longue séparation entre la mère et l’enfant peut avoir des conséquences au niveau de l’attachement émotionnel, surtout les 5 premiers mois. 

Un papa absent

Le rôle du père est de soutenir la mère. 

S’il disparaît trop souvent du champ familial ou s’il se montre peu disponible pour la maman, elle va se sentir peu apaisée. 

Un papa absent va avoir un impact significatif sur le développement de l’enfant. 

Le manque de stimuli

Un enfant a vraiment besoin de beaucoup de stimulations.

Un manque de stimuli intellectuels peut l’affecter profondément.

La dimension familiale

Les mamans peuvent avoir plus d’affinités avec un enfant ou un autre.

S’il y a des grandes différences entre la mère et l’enfant, cela va être complexe à gérer pour la mère et pour l’enfant.  

Des troubles de l’attachement peuvent naître de ce facteur de risque. 

Ces forces qui ont soutenu votre développement 

En Gestalt, on appelle ces forces les facteurs de résilience

Cela signifie que dans l’environnement, il va y avoir des éléments qui vont être une sorte de chance pour l’enfant et ce malgré les prédispositions à risque. 

Les facteurs de résilience innés de l’enfant 

Un enfant peut avoir biologiquement parlant un ou plusieurs facteurs de résilience qui vont devenir soutenants dans sa vie tous les jours.

Par exemple, s’il a une sensibilité à la récompense, il va avoir une persistance élevée et une capacité à s’accrocher et à recommencer et ce quoi qu’il arrive.

Un enfant qui n’a pas peur de la douleur va plus naturellement se dépasser. 

Les facteurs de résilience au niveau familial  

Une mère qui va expliquer régulièrement les choses à son enfant va le rassurer.

Ses mots auront une valeur contenante et réparante. 

L’enfant capte la vibration des neurotransmetteurs quand sa mère parle. 

Un papa qui est présent et qui s’intéresse à l’enfant va l’apaiser également. 

Une mère qui connaît bien la psychologie de l’enfant va être capable de panser l’enfant quand il en a besoin. 

Quand les deux parents sont en thérapie, ils seront plus disponibles pour leurs enfants et plus apaisés. 

Enfin, une maman qui continue a se developper en tant que femme sera moins saturée et aura plus de moments de qualité avec ses enfants. 

L’enjeu de l’attachement métabolisé

L’enfant va devoir apprendre à s’attacher, à se développer. 

Plus tard, il va apprendre à construire son estime de soi et actualiser son attachement dans tout l’environnement qui l’entoure.

Pour que le lien d’attachement soit bien métabolisé chez l’enfant, les facteurs de résilience doivent être plus élevés que les facteurs de risques. 

Lorsque ceux-ci sont à égalité, le tempérament de l’enfant va donner le coup de pouce nécessaire pour que ce lien se construise convenablement. 

La mère a donc un rôle très important dans les premières années de vie de son enfant. 

C’est elle qui va le sécuriser, le rassurer et lui apprendre à se détacher d’elle pour arriver à l’autonomie. 

Lorsque cela ne se fait pas convenablement, cela peut laisser des séquelles à l’enfant au niveau de l’attachement et de l’estime de soi dans ses relations futures. 

L’enfant peut tout de même se développer convenablement et trouver une force interne grâce à ses facteurs de résilience innés.

Fort heureusement, en Gestalt on dit que rien n’est figé. 

On peut toujours se réparer du passé en travaillant sur soi.

Et vous, où en êtes-vous dans votre attachement ?

Si vous sentez qu’aujourd’hui la relation que vous avez avec votre mère est difficile et que vous avez des difficultés à la gérer, vous avez toujours la possibilité de faire un travail profond dans notre école pour vous sentir apaisé (e) et mieux vivre la situation. 

Dans notre formation, nous consacrons une année entière à l’enjeu de l’attachement. 

Nos élèves nous disent régulièrement qu’ils ont réussi à retrouver en eux la sérénité et les bases solides de leur enjeu d’attachement. 

Beaucoup nous confient que la Gestalt a transformé leur vie.

Si vous avez envie d’aller plus loin dans cette introspection sur vous ou que vous désirez démarrer une nouvelle passion en aidant les autres, je vous invite à réserver votre rendez-vous avec un de nos conseillers pédagogiques.

Lors de cet appel, vous pouvez poser toutes vos questions sur nos formations.

Il vous suffit de cliquer sur ce LIEN et de remplir un formulaire en choisissant un créneau à votre convenance. 

Showing 7 comments
  • Maureen Nicolae
    Répondre

    Je finie à peine le 2ème stage de 2 eme année et nous avons justement abordé le sujet de l‘attachement, avec notre premier “practicum” ! Quel moment intense !
    J’ai l’habitude de dire que la Gestalt m’a sauvé la vie il y a 15 ans via un thérapeute extraordinaire.
    Aujourd’hui c’est un bonheur d’apprendre le processus dans l’objectif de donner à mon tour ce qui m’a été donné: un accompagnement bienveillant et humaniste.
    Cette année sur les enjeux d’attachement est juste inspirante, je ne me féliciterai jamais assez d’avoir pris la décision de suivre cette voie !

    • Aurelie pour l'Ecole Humaniste de Gestalt
      Répondre

      Merci Maureen pour votre retour sur cet article. Nous nous sommes dit en effet qu’il allait plaire particulièrement aux élèves de deuxième année ;D

    • Aurelie pour l'Ecole Humaniste de Gestalt
      Répondre

      Merci Maureen, je partage votre avis.

  • Christian OUTHIER
    Répondre

    Merci Arnaud pour cet excellent article. Extrêmement clair et édifiant, cela permet d’avoir un point particulièrement bien étayé sur ce sujet nodal. Grande clarté qui permet d’intégrer les concepts et les problématiques afin d’examiner plus aisément dans ma propre vie comment les facteurs de risque ont pu interagir avec les facteurs de résilience. Merci! Tous mes voeux de santé, de joie, de paix, de moments de complicité, d’élévation, d’édification, de rires à partager avec celles et ceux qui vous sont chers! Merci mille fois. Christian

    • Aurelie pour l'Ecole Humaniste de Gestalt
      Répondre

      Merci Christian pour votre commentaire élogieux sur notre article. Nous vous souhaitons en retour tous nos bons voeux pour cette nouvelle année. Nous veillons en effet à ce que l’article soit clair et lisible pour nos lecteurs. Nous sommes ravis de savoir que le pari est réussi !

  • Eloise
    Répondre

    Enfin un article complet et très bien écrit sur l’attachement. C’est toujours un plaisir de vous lire. Cet article a mis en lumière des facteurs de risque j’ai rencontré durant mon enfance. Je me sens plus apaisée maintenant. Beaucoup de mamans et de grands mères devraient lire votre article. Merci du fond du coeur.

    • Aurelie pour l'Ecole Humaniste de Gestalt
      Répondre

      Merci Eloise pour votre retour très touchant. Nous écrivons tous nos articles avec beaucoup de passion et nous sommes ravis de savoir qu’il vous a été très utile. Bien à vous.

Leave a Comment

Contactez-nous

Bonjour, vous avez besoin d'information concernant nos programmes, nos formations, ou toutes autres demandes d'informations, alors écrivez-nous et nous reviendrons vers vous, dès que possible.